Promotion de l’opéra-ballet « Le Prince de Noisy ».

Promotion de l’opéra-ballet « Le Prince de Noisy ».

Le contexte

Le site des Moulineaux, situé sur la commune de Bailly au bord du ru en aval de la ferme de Gally et de la faisanderie des Moulineaux, sur la route menant à Fontenay-le-Fleury, est riche d’un passé fécond.

 

Le château de Pontaly avec ses dépendances.

Au tout début du XVIIIe siècle, le château de Pontaly, devenu propriété de Louis XIV, s’y dressait au milieu d’un splendide jardin.

Madame de Gramont y tenait un salon mondain et littéraire fort couru.

Les contes des Mille et Une nuits venaient de paraitre en 1704.

Antoine Hamilton, le frère de Mme de Gramont, célèbre pour avoir écrit les Mémoires du Comte de Gramont inspirés de la vie de son beau-frère, railla les femmes de la cour qui dévoraient ce livre plein d’aventures invraisemblables et absurdes.

Mis au défi d’en faire autant, il écrivit un conte, Le Bélier, s’inspirant du domaine occupé par sa sœur pour en dénommer les lieux et les personnages : Le Géant Moulineau, le Prince de Noisy, la Nymphe Alie, et le pont qui joue un rôle dans ce conte : « le pont d’Alie qui par corruption devient Pontaly ».

Cet ouvrage eut un succès considérable et durable.

 

 

 

Affiche annonçant la représentation du Prince de Noisy du 13 mars 1749.

La Bruère en tira un livret d’opéra, le Prince de Noisy, qui fut mis en musique par Rebel et Francoeur, directeurs de l’Académie royale de musique sous Louis XV.

Description du costume de Madame de Pompadour dans le rôle du Prince de Noisy.

L’opéra fut joué trois fois en 1749 devant la cour dans le théâtre des Petits Appartements du château de Versailles, avec Madame de Pompadour dans le rôle du Prince de Noisy, où elle excella .Le spectacle fut rejoué à nouveau plusieurs fois devant la cour en 1750 et 1752, toujours avec le même succès.

Il fut présenté en 1760 à l’opéra du Palais Royal à Paris. Bien que le public du parterre se soit gaussé des noms des personnages et ait trouvé ridicule la cérémonie du gui sacré, les critiques artistiques en avaient été favorables.

 

L’ensemble de musique baroque « Les Surprises » a récemment enregistré l’air du Géant Moulineau « Il gémit dans les fers » (Acte II, scène 1) sur disque Ambronay AMY303.

 

Le Projet

Maquette du costume du Géant des Moulineaux par Louis-René Boquet.

Notre association, avec le soutien des municipalités de Bailly et de Noisy-le-Roi et l’aide d’un musicien professionnel et de chanteurs expérimentés, souhaite faire revivre dans un but festif et culturel cette œuvre attachée à notre patrimoine local, comme à ceux de Versailles et du Grand Parc.

Livret, partition, descriptions des costumes et quelques documents graphiques en sont disponibles, des recherches supplémentaires pouvant être menées à la bibliothèque de l’Arsenal de Paris pour en enrichir la collection.

La partition fait toutefois usage de clefs musicales aujourd’hui inusitées, ce qui nécessite pour pouvoir l’interpréter un important travail de transcription qui ne peut être mené que par des musiciens qualifiés, actuellement en cours.

Ceci permettra d’effectuer l’analyse musicologique de l’œuvre et de procéder à son toilettage car dès le XVIIIe siècle la pièce était jugée inégale avec de très beaux passages mais aussi « des airs d’un genre commun qui laissent croire qu’on a voulu ménager par des ombres des effets plus agréables pour les autres morceaux ».

 Nous chercherons ensuite à promouvoir cette œuvre auprès d’ensembles musicaux et d’entrepreneurs de spectacles publics ou privés pour pouvoir en assurer la représentation, ne serait-ce qu’en version de concert.

Vous retrouverez les aventures du Prince de Noisy dans notre publication « Contes et merveilles des Moulineaux ».

Notre publication « Autour du ru de Gally, de Versailles à Rennemoulin » vous en dit plus sur l’histoire du château de Pontaly.

Cliquer pour admirer.

 

 

L’image mise en avant pour accéder à cette page représente le fond de la scène finale lors de la représentation à l’opéra royal.