Un secret dans le clocher

Un secret dans le clocher

Au cours de l’hiver 1967 1968, des réparations avaient été entreprises à la toiture du clocher de l’église de Bailly.

Le couvreur et son compagnon avaient à peine commencé à dégager la pointe du clocher qu’apparaît sous les ardoises une dalle de pierre ; la soulevant, ils découvrent alors une cavité au fond de laquelle ils aperçoivent une boîte métallique.

Que vient donc elle faire ici, dissimulée dans un endroit aussi inaccessible ?

Ainsi protégée qu’elle est des intempéries, la boîte en fer est intacte.

Elle contient quelques pièces de monnaie datées de 1882 et un papier portant l’inscription suivante :

« Nous compagnon-couvreur et compagnon-charpentier mettons dans cette boîte la valeur de deux bouteilles de vin pour ceux qui nous succèderont ».

Le couvreur et son compagnon glissent à leur tour dans la boîte quelques pièces de la valeur de deux bouteilles de vin, accompagnées de la même inscription que celle qu’avaient laissée leurs prédécesseurs, 86 ans plus tôt.

Ils la remirent ensuite dans sa cachette, recouverte de la dalle de pierre et des ardoises de la toiture, pour qu’elle puisse continue à transmettre le message de solidarité et de fraternité que les artisans de 1882 avaient ainsi déposé.

En mémoire de René JACOB, l’un des protagoniste de cette anecdote, Baillacois très attachant qui vient de nous quitter dans sa 85e année.